Le ray­on­nement élec­tro­mag­né­tique infrarouge ne tra­verse ni l’enveloppe d’une armoire élec­trique ou d’une cel­lule HT, ni les plaques d’isolement élec­trique en plex­i­glas. Ainsi, dans ce cas de fig­ure, le con­trôle par ther­mo­gra­phie infrarouge s’avère inef­fi­cient.

Il existe cepen­dant des solu­tions pour con­tourner ces restrictions.

L’une d’entre elle est d’installer des hublots, de mon­tage sim­ple et rapide, ayant pour car­ac­téris­tique prin­ci­pale d’être per­méables au ray­on­nement infrarouge de telle sorte à se voir offrir de nou­veau la pos­si­bil­ité d’utiliser la thermographie.

Une autre solu­tion con­siste à employer la détec­tion ultrasonore.


Les défauts con­statés au niveau des armoires élec­triques, des trans­for­ma­teurs, des jeux de bar­res et des cel­lules HT peu­vent se man­i­fester autrement qu’au tra­vers de phénomènes pure­ment résis­tifs usuelle­ment décelés en ther­mo­gra­phie. Cer­taines anom­alies tel que l’effet couronne génère des ultra­sons qui en fonc­tion de leur inten­sité, de leur nature nous ren­seigne de manière rel­a­tive­ment pré­cise sur la local­i­sa­tion et le type de défaut rencontré.

Je souhaite être rap­pelé au plus vite

Nos presta­tions associées